Le voyage initiatique par Eric Grange

Rituel de purification, voyage initiatique au Cambodge, Oasis

Le voyagiste Oasis organise des voyages “initiatiques” met- tant ses clients dans des situations favorisant l’équilibre et le développement personnel. Il leur propose de s’ouvrir à une expérience de voyage intérieur. Ses clients cherchent à vivre des expériences différentes, fortes en émotion, et ayant un impact réel et durable dans leur vie.

Oasis Voyages conçoit son offre autour de trois clés : un lieu sacré (par exemple, le Machu Picchu ou les pyramides d’Égypte) ; une date de bon augure (comme la purification de la pleine lune à Bali ou la fête du Wesak au Népal) ; enfin, et le plus important, l’accompagnement par une personnalité inspirante.

Désormais le voyageur ne choisit plus une destination, mais une expérience à vivre. Son but n’est plus de nourrir son appareil photo, mais son âme ! Le voyageur est en quête de sensations profondes pour trouver le chemin qui mène à la paix intérieure. Telle est la tendance de fond qui profite aux organisateurs de voyages spirituels. Créer ce type d’offre exige toutefois un niveau d’expertise singulier.

Des pèlerinages aux stages de développement personnel en passant par les voyages initia- tiques, le nombre de personnes qui effectuent un voyage spirituel ne fait qu’augmenter. Chaque année, 330 millions de personnes se rendent sur les principaux sites religieux dans le monde, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT). Il y a vingt ans, les pèlerins étaient quelques centaines à marcher sur le chemin de Saint-Jacques-de-Compostelle. Aujourd’hui, ils sont quelque 250 000 chaque année à l’arpenter, venant du monde entier. L’ère du “Sea, Sex & Sun” semble révolue ! Désormais, tou- jours avec trois S, lui succède une ère de Spirituality, Serenity & Sustainability (spiritualité, sérénité et… développement durable). La première convention dédiée au tourisme spirituel et au développement durable a été organisée en 2013 par l’OMT, qui observe une progression de ce marché de 164 % en cinq ans. En croissance régulière depuis déjà une trentaine d’années, le voyage spirituel consiste à prendre son temps pour vivre une expérience d’immersion. C’est une manière de voyager en donnant davantage d’importance au vécu qu’à la destination.

Cinéma
En 2010, le film de Ryan Murphy Mange, prie, aime, adapté du roman éponyme, connaît un succès mondial en décrivant les tri- bulations en Europe puis en Asie de l’héroïne, incarnée par Julia Roberts. En réalisant qu’il lui manque quelque chose d’essentiel pour être heureuse, une femme part en Italie s’initier à la gastronomie, puis découvre le pouvoir de la prière et de la méditation dans un ashram en Inde, avant de finir sa quête à Bali, où elle trouve à la fois l’harmonie intérieure et l’amour. Une histoire simple, mais qui a résonné chez beaucoup d’Occidentaux, en quête de sens et d’espaces apaisants.
En France aussi, les voyages spirituels connaissent un véritable engouement. Le cinéma s’est également emparé du sujet, via le long- métrage Un + une de Claude Lelouch, en 2015. Dans ce film, le cinéaste nous fait voyager tant dans la spiritualité millénaire de l’hindouisme que dans la spiritualité moderne des ashrams d’aujourd’hui. Le réalisateur y aborde le manque lancinant qui motive un couple à entre- prendre un voyage spirituel bouleversant en Inde. De nombreuses personnes se sont recon- nues dans les personnages incarnés par Jean Dujardin et Elsa Zylberstein et ont sollicité Oasis Voyages pour partir s’initier aux rituels perpétués sur les bords du Gange, se recueillir dans l’ashram d’Amma. Si l’Inde est le pays spirituel par essence, c’est plus généralement l’Asie qui, du fait de ses nombreuses religions et philosophies, est le premier continent auquel on pense pour vivre une expérience spirituelle. Le phénomène est mondial et se nomme Soul Searching in Asia – partir à la recherche de son âme en Asie.

Qu’est-ce qu’un voyage initiatique ?
Le voyage initiatique (“en conscience”, ainsi que nous le qualifions au sein d’Oasis Voyages), se différencie du voyage touristique, parenthèse à l’issue de laquelle le voyageur reprend le cours de sa vie. Le voyage initiatique quant à lui propose un climat spirituel, parfois en pratiquant des rituels ancestraux, qui permet à chacun d’aller à la rencontre de soi-même afin de trouver un sens à son existence. L’Occidental s’est forgé un système qui lui procure confort et efficacité à l’extérieur, mais qu’en est-il de son bien-être intérieur ? La crise extérieure du monde provoque souvent des crises intérieures et, avec elles, le besoin, parfois vital, de retrouver la paix en nous-mêmes. La paix individuelle génère la paix collective. Le fait de se retrouver dans un climat paisible aide à retrouver la quiétude. L’idée du voyage initiatique est de prendre du recul sur le monde extérieur pour vivre une expérience spirituelle intérieure, dans le cadre d’un lieu sacré. L’objectif : revenir transformé, plus serein et en harmonie avec soi.

Dans les voyages initiatiques que nous organisons, nous mettons nos clients dans des situations favorisant l’équilibre et le développement personnel. Nous leur proposons de s’ouvrir à une expérience de voyage intérieur. Ce qui rend ces voyages précieux tient au questionnement existentiel qui les accompagne. Nos clients cherchent à vivre des expériences différentes, fortes en émotion, et ayant un impact réel et durable dans leur vie, pour rompre avec leurs habitudes de perception. Ils sont à la recherche du sacré. Bali, avec sa sagesse unique inspirée de l’hindouisme, du bouddhisme et de l’animisme, est l’une de nos destinations fétiches. Nous y pro- posons une immersion totale dans la spiritualité douce et omniprésente de l’île, qui est dotée d’un système social spirituel. La vie y est régie par la philosophie du Tri Hita Karana, les trois éléments de la joie : la relation aux autres (les valeurs relationnelles) ; la relation à l’environnement (les valeurs matérielles) ; et enfin la relation aux dieux (les valeurs éthiques). Cette philosophie prône ainsi l’équilibre entre les désirs individuels et la responsabilité collective. Les voyageurs participent aux cérémonies, se font bénir par de grands prêtres et apprennent à confectionner leurs propres offrandes en conscience. Immergés dans l’océan, ils pratiquent le rituel Satvika, au lever du soleil, avant de se purifier dans les temples. Cela leur per- met de s’imprégner de rituels sacrés qui don- nent du sens à la vie. À leur retour, ils sont profondément transformés. J’ai vu de grands changements chez certains : restructuration de leur habitat, réorientations professionnelles, mariages, divorces… Ces voyages servent aussi à prendre de grandes décisions de vie. Ce changement en profondeur est rendu possible par la proximité de personnalités inspirantes, douées d’un savoir-être plus que d’un savoir-faire. Tant les guérisseurs de Bali que les maîtres des ashrams, en Inde, ont le rare pouvoir d’être en contact avec leur joie existentielle, et leur rayonnement interpelle nos voyageurs

Valeur ajoutée
Si le voyage spirituel reste un marché de niche, celui-ci grandit d’année en année. Oasis Voyages a été l’agence pionnière, 100 % spécialisée dès sa création en 2007 dans les voyages initiatiques (en conscience) et spirituels. Douze ans plus tard, elle est une référence internationale de ce type de voyages. Et elle organise 150 groupes annuels représentant 3 000 voyageurs, avec un chiffre d’affaires de quelque sept millions d’euros. Sa clientèle va des jeunes adultes aux retraités, avec une moyenne d’âge de cinquante-deux ans. La plu- part de ses clients sont des femmes (80 %) ; ils sont de catégorie socioprofessionnelle plus élevée que la moyenne, même si certains cassent leur tirelire pour s’offrir le voyage de leurs rêves. Son marché est composé de 60 % de Français, de 20 % d’Européens autres et de 20 % de per- sonnes venant d’autres coins du monde.
Une spécificité du voyage spirituel est qu’il n’existe pas sur le marché de réceptifs spécialisés. Oasis Voyages a donc créé ses propres réceptifs dans la plupart de ses destinations. Également agence réceptive en France, Oasis Voyages fournit des prestations à forte valeur ajoutée spirituelle pour des groupes anglophones et hispanophones désireux d’explorer la France sacrée (le Mont-Saint-Michel, la cathédrale de Chartres ou les Saintes-Maries-de-la- Mer, notamment) en étant accompagnés par des intervenants locaux connaissant l’ésotérisme et la symbolique mystique.

Esprit d’union
Lorsque j’ai créé mon agence, j’étais seul pour gérer une poignée de départs par an. Aujourd’hui, une équipe de dix salariés accompagne des milliers de voyageurs par- tout dans le monde. Dans le contexte actuel de notre société, l’intérêt pour le voyage spirituel ou initiatique n’est pas près de diminuer, bien au contraire. Sa puissance réside dans sa valeur ajoutée, à savoir l’éthique dans laquelle il s’inscrit, avec une juste rémunération des contributeurs locaux et la valorisation de sites exceptionnels. Oasis Voyages va plus loin en com- pensant les émissions carbone de ses voyageurs. Nous avons aussi eu la joie de contribuer à la scolarisation durable d’une quarantaine d’enfants à Bali, en finançant le toit d’une école avec l’association Anak. Chaque année, Oasis Voyages donne 0,5 % de son chiffre d’affaires à des projets humanitaires (soutien aux populations Kogis de Colombie, via l’association Tchendukua, par exemple).

Nos destinations himalayennes sont les plus prisées : le Tibet, le Bhoutan et le Népal, trois sommets de la sagesse sur le toit du monde ! En partant dans de telles destinations, nos clients savent qu’un voyage initiatique, c’est bien plus qu’un voyage, c’est une quête intérieure. Ce ne sont pas juste des vacances, mais un cadeau que l’on s’offre pour retrouver l’harmonie et la valeur de la vie. Ouvrir nos fenêtres intérieures permet de poser nos actes. J’ai l’espoir que, un jour, tous les voyages se vivront en conscience, dans un esprit d’union pacifique avec les autres et avec notre belle planète.

Eric Grange

Article paru dans : Revue Espaces, janvier 2019